IATA: L’Année la plus faible de l’histoire de l’aviation 2020

IATA: L’Année la plus faible de l’histoire de l’aviation 2020


 
La crise provoquée par la pandémie de coronavirus a encore de graves répercussions sur le monde entier, et sur l’aviation en particulier. L’année 2020 est déjà entrée dans l’histoire comme une année de défis extrêmes.
Selon l’International Air Transport Association (IATA), les compagnies aériennes devraient perdre 84,3 milliards de dollars en 2020 pour une marge bénéficiaire nette de -20,1%. En 2021, les pertes devraient être réduites à 15,8 milliards de dollars, les revenus atteignant 598 milliards de dollars.
 
«Financièrement, 2020 sera la pire année de l’histoire de l’aviation. En moyenne, chaque jour de cette année ajoutera 230 millions de dollars aux pertes de l’industrie. Au total, cela représente une perte de 84,3 milliards de dollars », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.
 
Estimant qu’il n’y aurait pas de deuxième vague de pandémie, l’industrie a touché le fond en avril. Les compagnies aériennes rapportent étape par étape la récupération du trafic intérieur, ce qui prouve que l’aviation décolle progressivement.
«La concurrence entre les compagnies aériennes [en 2021] sera sans aucun doute encore plus intense. Cela se traduira par de fortes incitations pour les voyageurs à reprendre leur envol. Le défi pour 2022 sera de transformer les pertes réduites de 2021 en profits dont les compagnies aériennes auront besoin pour rembourser leurs dettes de cette terrible crise », a déclaré de Juniac.
 
Selon l’IATA, les compagnies aériennes sont entrées en 2020 dans une forme financière relativement bonne. Après une décennie de bénéfices, le niveau d’endettement était relativement faible (430 milliards de dollars, soit environ la moitié des revenus annuels).
Les mesures d’aide financière essentielles des gouvernements ont empêché les compagnies aériennes de faire faillite, mais ont gonflé la dette de 120 milliards de dollars à 550 milliards de dollars, ce qui représente environ 92% des revenus attendus en 2021.
De nouvelles mesures d’allègement devraient viser à aider les compagnies aériennes à générer davantage de fonds de roulement et à stimuler la demande plutôt qu’à agrandir encore l’endettement.